Réparer les vivants, Maylis de Kerangal

Titre : Réparer les vivantsproduct_9782070462360_195x320
Auteur : Maylis de Kerangal
Edition : folio
Genre : littérature contemporaine, drame
Année de parution : 2015
Nombre de pages : 304

Résumé : « Le coeur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps ». Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le coeur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.

Avis : Une lecture vivante

La première approche que j’ai eu de cette histoire est visuelle puisque j’ai d’abord vu la bande annonce du film du même nom avant de savoir que, derrière celui-ci, se cachait un livre écrit par Maylis de Kerangal. Ce film me tentait bien et j’en avais entendu d’assez bonnes critiques. Finalement, on m’a offert le livre à Noël et je suis bien contente de pouvoir le lire avant de découvrir son adaptation cinématographique. 

Avant même de commencer cette lecture, je sentais au fond de moi que j’allais fortement l’aimer. Effectivement, si cette lecture n’est pas loin du coup de coeur, je crois que je l’ai presque dévorée trop vite pour en apprécier pleinement le style !

Mais je n’ai pas pu faire autrement que tourner les pages à une vitesse folle. Le style de l’auteure est singulier. Les phrases sont trèèèès longues (presqu’une page parfois). Elles sont entrecoupées de nombreuses virgules ; ce qui donne un rythme particulier à la lecture. Ce livre dégage un souffle haché, une respiration haletante, un coeur qui bat… un dernier espoir qui s’accroche désespérément à la vie. C’est pourquoi on ne résiste pas, selon moi, à faire tourner les pages dans une fiévreuse frénésie alors que notre coeur de petit lecteur s’accélère. Tout cela constitue la BEAUTE de ce livre. En écrivant cette chronique, je me rends compte que j’ai profondément aimé ce roman.

L’histoire est courte, toute simple et sans fioritures. Il s’agit du récit d’un don d’organe de la mort d’un jeune homme de 19 ans jusqu’à l’opération pour sauver une femme d’une soixantaine d’années.

J’ai eu la gorge serrée pendant toute ma lecture sans pour autant ressentir de la tristesse. C’est ainsi que mon corps a réagi face à cette entre-deux, entre la vie et la mort, cette nuit de tous les possibles où les espoirs naissent et s’évanouissent dans un perpétuel mouvement.

Réparer les vivants aborde la complexité de la vie et de la mort d’un point de vue médical. J’ai d’ailleurs apprécié l’importante documentation de l’auteure à ce sujet qui transparait à la lecture de ce roman.

Ce livre est difficile à qualifier. Mais s’il y a bien une chose que je retiens, c’est la singularité de la plume de Maylis de Kerangal. Je pense donc qu’il peut plaire à une grande majorité de personnes ! Je vais au plus vite découvrir le film pour, peut-être, prolonger le plaisir qu’a été cette lecture.

Avez-vous lu ou vu cette histoire ? 

Note : 16/20

Romanesquement vôtre,

Marion

Publicités

13 commentaires sur « Réparer les vivants, Maylis de Kerangal »

  1. Je ne m’attendais pas à ce genre de lecture, je en connaissais pas l’auteure, et quand j’ai commencé ce livre… je n’ai pas pu m’arrêter ! Le style, toute l’humanité qui se propage entre tous les personnages,etc…, tout m’a plu ! Ça m’a donné envie de lire Corniche Kennedy de la même auteure, et même si j’ai moins apprécié, c’est un bon livre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s