Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques? – Philip K. Dick

Titre : Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?Blade runner
Auteur : Philip K. Dick
Date de parution : 1976
Edition : J’ai Lu
Genre : Science-Fiction
Nombre de pages : 254

Résumé : Le mouton n’était pas mal, avec sa laine et ses bêlements plus vrais que nature les voisins n’y ont vu que du feu. Mais il arrive en fin de carrière : ses circuits fatigués ne maintiendront plus longtemps l’illusion de la vie. Il va falloir le remplacer. Pas par un autre simulacre, non, par un véritable animal. Deckard en rêve, seulement ce n’est pas avec les maigres primes que lui rapporte la chasse aux androïdes qu’il parviendra à mettre assez de côté. Holden, c’est lui qui récupère toujours les boulots les plus lucratifs normal, c’est le meilleur. Mais ce coup-ci, ça n’a pas suffi. Face aux Nexus-6 de dernière génération, même Holden s’est fait avoir. Alors, quand on propose à Deckard de reprendre la mission, il serre les dents et signe. De toute façon, qu’a-t-il à perdre ?

Mon avis : Une claque

Je ne passerai pas par quatre chemins : j’ai frôlé le coup de cœur de peu, de vraiment très peu.

Ce roman m’a été offert à mon anniversaire, en octobre, par un copain qui voulait me faire découvrir Philip K. Dick. Quelle bonne idée il a eu !

J’ai retenu ma respiration chapitre après chapitre. L’auteur plonge le lecteur dans un monde qui semble de premier abord très éloigné du nôtre. Mais quelques pages plus tard, il faut se rendre à l’évidence : toutes les interrogations que soulève Philip K. Dick sont encore et toujours d’actualité. Le regard des autres, l’ingérence des machines dans notre existence, l’intelligence artificielle, la poursuite du bonheur, la définition de l’humanité, la disparition des animaux, l’abrutissante télévision…

Au-delà de ces réflexions sur lui-même et son époque, le lecteur peut trouver dans ce roman une intrigue à couper le souffle. Il se demande sans cesse qui des personnages sont des androïdes ou non, comment faire pour les reconnaître, comment va s’en sortir notre (anti)héro. Et pourtant l’intrigue est d’une incroyable simplicité. C’est une banale course poursuite que Philip K. Dick arrive à rendre haletante. J’ai littéralement été happée par cette histoire. Et c’est justement ce genre de lectures très prenantes je recherche.

L’univers que l’auteur a construit est très riche. Si vous pensez que pour faire de la SF il suffit de glisser quelques pistolets laser par-ci par-là et une colonisation de Mars, il faut absolument que vous découvriez le monde incroyablement bien construit de ce roman.

Ce livre est fait pour vous faire réfléchir. Et ça a bien marché sur moi. Quand je regarde l’époque à laquelle il a été écrit je ne peux m’empêcher de me dire que Philip K. Dick est un génie. Ça me donne vraiment envie de lire d’autres de ces romans. Pourquoi je n’ai pas eu de coup de cœur ? Je n’arrive pas à l’expliquer, il m’a manqué quelque chose. Et pourtant j’ai passé un super bon moment !

Ma Note : 18/20

Romanesquement Vôtre,

Victoire

Publicités

10 commentaires sur « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques? – Philip K. Dick »

  1. Pas de coup de cœur non plus, mais une lecture enrichissante, passionnante ! Depuis que je l’ai lu, je souhaite aussi lire d’autres de ses romans, mais je ne me suis toujours pas lancée.
    Tu as déjà une idée de ses livres que tu aimerais lire ?

    Aimé par 1 personne

    1. Oui ! L’ami qui m’a offert ce roman m’a conseillé « le maître du haut château ». En gros Hitler et les japonnais ont gagné et ont colonisé le monde entier. Et dans cette nouvelle civilisation, certains ont entendu parler d’un écrivain de SF vivant dans un château et qui aurait écrit un roman racontant la victoire des Alliés en 1945… J’avoue que c’est le roman qui m’intrigue le plus parmi tous ses ouvrages 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Arf ! J’ai tellement envie de découvrir Philip K. Dick maintenant que tu en parles ! Après avoir découvert Asimov et Fondation, j’ai découvert un pan de la science fiction que je connaissais très mal. Du coup, j’ai d’autant plus envie de me replonger dans les auteurs « classiques ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s