Un chant de Noël, Charles Dickens

200097-gfTitre : Un chant de Noël
Auteur : Charles Dickens
Edition : Folio junior
Genre : Conte
Date de parution : 1998
Nombre de pages : 147

Résumé : C’est la veille de Noël, les rues sont animées et chacun prépare joyeusement le réveillon. Le vieux Scrooge, avare et solitaire, est furieux. Il refuse l’invitation de son neveu et s’enferme chez lui. C’est alors que le fantôme de son ancien associé lui apparaît, suivi bientôt de trois autres spectres plus inquiétants les uns que les autres. Scrooge est entraîné malgré lui dans un fabuleux voyage à travers le temps.

Avis : Une lecture enchantée

J’avais acheté ce livre quand j’étais encore enfant, j’avais lu les quelques premières pages puis rapidement abandonné cette lecture. Je ne sais plus très bien pourquoi, sûrement parce que je n’avais pas accroché à l’histoire, encore trop jeune pour apprécier du Dickens. En effet, dans mes vieux souvenirs, j’avais eu beaucoup de difficultés à saisir le fil de l’histoire. Quoi qu’il en soit, ce livre jeunesse trônait dans ma bibliothèque depuis un bon moment déjà, je le gardais dans l’espoir de m’y replonger un jour. Le thème « Noël » du Cold Winter Challenge 2016 tombait donc à pic. Je n’avais plus aucune excuse pour ne pas enfin découvrir la plume de Dickens à travers ce célèbre conte pour enfant. 

Scrooge est un vieil acariâtre et cynique qui m’a tout de suite plu. J’ai en effet apprécié que, dès les premières lignes, le personnage principal (auquel on est censé s’identifier la plupart du temps) soit aussi antipathique. C’est un original, un avare qui déteste Noël et, en général, tout ce qui rend la vie douce et agréable. Dickens pose donc, dès le début, un questionnement autour de l’identification du lecteur à ce bougon de personnage.

On se doute très rapidement que ce vieux ronchon va vite changer d’avis en faisant face à l’apparition de trois esprits censés lui montrer l’absurdité de son comportement. J’ai beaucoup aimé la description des souvenirs, du présent et de l’avenir que découvre Scrooge en cette veillée de Noël. On y décèle un Scrooge, enfant solitaire et attachant.

Cependant – et il s’agit là du principal point négatif selon moi – j’ai regretté de ne voir défiler que des souvenirs. En effet, dès les premières apparitions de souvenirs, Scrooge change d’avis sur Noël et souhaite se repentir immédiatement. Il regrette ses paroles. J’aurais apprécié voir un processus plus complexe dans le changement d’état d’esprit de ce personnage. L’auteur se focalise plus sur les souvenirs que sur les modifications de sa propre perception. Selon moi, Scrooge revient à la raison beaucoup trop facilement.

Cela renforce l’aspect moralisateur du conte. Cet aspect est certes attendu dans ce genre littéraire, il n’en reste pas moins que j’aurais aimé voir Dickens mettre en évidence les difficultés que chacun éprouve pour changer soi-même aussi radicalement. J’adhère avec l’idée de Dickens selon laquelle une personne grincheuse en apparence peut cacher au plus profond d’elle-même un coeur tendre. Il n’est d’ailleurs jamais trop tard pour essayer d’agir avec bienveillance envers les autres. Mais cela ne peut se faire aussi facilement que Dickens le décrit.

Je pense aussi que cette facilité avec laquelle Scrooge devient un personnage doux et agréable m’a mécontenté car mes yeux d’adulte refusent la trop grande simplicité des sentiments. Ce petit détail de narration m’a certes déplu mais, dans l’ensemble, je tiens à dire que j’ai trouvé cette lecture très agréable, notamment parce que le style de Dickens est clair, précis et frais. Le narrateur nous implique dans l’histoire en nous interpellant non sans humour, ce qui dynamise la lecture.

C’est pourquoi, je considère que ce conte est à lire au moins une fois dans sa vie… et pourquoi pas à l’approche des fêtes de fin d’année pour se mettre totalement dans l’ambiance du livre ? Dickens décrit la générosité au moment de Noël : c’est moins l’échange de cadeaux à gogo que le fait de penser aux autresUn conte de Noël illustre la peur de la solitude, du vide qu’on laisse après notre mort. Au-delà, des valeurs chrétiennes, Dickens explore bien le rapport que l’Homme entretient avec ses semblables face à cette peur du vide.

Il s’agit donc d’un livre facile d’accès (peut-être pas tellement pour les jeunes enfants finalement). Je pense que lire Un conte de Noël est une bonne manière d’adorder l’oeuvre de ce monument de la littérature anglaise.

Note : 13/20

Romanesquement vôtre,

Marion

Avez-vous lu des romans de Dickens ? 

Publicités

6 commentaires sur « Un chant de Noël, Charles Dickens »

  1. C’est vrai que ce conte reste assez simpliste dans la façon d’amener ses idées (et notamment la rédemption de Scrooge) mais je pense que ça fait un peu partie de l’essence du genre. J’adore cette histoire (tellement intemporelle qu’on en connaît tous au moins une adaptation, c’est dire^^) mais je trouve aussi que le message nous est rentré un peu au marteau-piqueur dans la tête par moments !

    Aimé par 1 personne

  2. Je l’avais lu à l’époque de Noël et j’avais beaucoup aimé ce conte. Sa simplicité m’avait contenté car je ne cherchais pas une lecture prise de tête. En effet, on peut reprocher à Dickens de s’être simplifié la vie pour faire changer son héros mais on peut aussi mettre ça sur la magie de Noël notamment avec la présence du surnaturel dans l’histoire. Pour les enfants, le Disney adapté du conte de Dickens est très bien pour les plus jeunes et même toute la famille.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s