La Mer éclatée – Tome 1: la moitié d’un roi

Titre : La moitié d’un roi
Série : La Mer éclatée
Auteur : Joe Abercrombie
Edition : France Loisir (Fantasy)
Genre : Fantasy
Date de parution : 2014
Nombre de pages : 388

Résumé : « J’ai fait le serment de venger la mort de mon père. Je suis peut-être la moitié d’un homme, mais ce serment était entier. »

Né faible aux yeux de son père, le prince Yarvi a juré de récupérer un trône dont il n’a pourtant jamais voulu. Mais il doit d’abord affronter la cruauté de sa propre famille, les humiliations de l’esclavage, ainsi que les eaux amères de la Mer Éclatée. Tout cela avec une seule main valide. C’est au côté d’une étrange assemblée d’exclus et de marginaux, et non parmi les nobles de son rang, que Yarvi apprendra à être un homme – s’il survit aux épreuves de toutes sortes qui l’attendent…

Mon avis : Je reste mitigée mais positive…

Le résumé du roman m’a tout de suite attirée. Il est assez rare que le personnage principal d’un roman de fantasy soit infirme parce que bien souvent il est amené à réalisé des prouesses qu’aucun autre être humain n’aurait été capable de faire. Or là, bien au contraire, notre héro a un sérieux handicap physique. J’ai trouvé que l’auteur exploitait plutôt bien de ce trait de caractère. Il fait tout pour pas que nous oublions cette main tout en ne nous prenant pas en pitié, ce qui rend le personnage de Yarvi très intéressant. En plus de cela, il évolue au fil de ce roman qui correspond à un parcours initiatique pour lui. Et c’est ce que j’aime dans un roman, voir que le personnage apprend des choses, change, comprend ses erreurs. Un autre protagoniste m’a intriguée, il s’agit de la capitaine Shadikshirram. Mais je vous laisse le soin de la découvrir, de tenter de la cerner, d’essayer de la comprendre.

J’ai néanmoins été déroutée par la rapidité avec laquelle j’ai lu ce roman. Il n’est pas très épais, l’écriture est aérée et les actions s’enchaînent sans qu’aucun répit ne soit laissé au lecteur. Du coup, j’ai presque trouvé que le récit était trop vite expédié et que les relations entre les personnages n’étaient pas assez approfondies. Je ne sais toujours pas, alors que j’ai refermé ce livre il y a quelques jours déjà, si cette rapidité était un défaut ou si au contraire elle a donné lieu à un roman concis et efficace.

Mais je pense que ce qu’il faut surtout retenir de ce roman, c’est son écriture poétique. Le style de l’auteur est très élégant, agréable à lire. J’ai trouvé à presque chaque page une réflexion ou une citation qui m’a plus par sa mélodie ou sa profondeur.

Un petit exemple:

-Choisissez vos ennemis avec davantage de soin que vos amis, murmurait Personne face aux flammes. Ils vous accompagnent plus longtemps.

-Ne t’inquiète pas le rassura Rulf en lui donnant une bourrade. Si la vie m’a appris une chose, c’est que le prochain ennemi n’est jamais bien loin.

-On peut toujours changer ses amis en ennemis, rappela Sumaelle en serrant le manteau de Shadishirram sur ses épaules. Devenir ami avec ses ennemis s’avère plus compliqué.

Enfin, les dernières pages de ce roman étonnent agréablement. Le lecteur est surpris et comprend qu’il s’est fait berné par l’auteur, ce qui est loin d’être désagréable !

En somme, je conseille cette lecture à ceux qui cherchent un roman qui plaît aux yeux, qui donne envie de s’arrêter toutes les cinq phrases juste parce que la tournure est belle. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de m’attacher à tous les personnages, mais en refermant le livre je me suis rendue compte que Yarvi m’a interpellée. Je ne doute donc pas que je vais acheter le deuxième tome, même si ce premier aurait pu constituer un one-shot, tant la fin s’y prête.

Note : 15/20

Romanesquement vôtre,

Victoire

Publicités

9 commentaires sur « La Mer éclatée – Tome 1: la moitié d’un roi »

  1. Contrairement à toi, je me suis beaucoup attachée aux personnages, surtout Jaud et Rulf. Leurs échanges avec Sumaelle (que je m’obstine à prononcer Samuelle dans ma tête) m’ont faite éclater de rire plusieurs fois. Je les ai notés pour ma chronique.
    J’ai adoré le personnage de Yarvi, on part d’un petit bout d’homme un peu trouillard, sarcastique et sans aucun charisme (même s’il reste attendrissant d’une certaine manière) pour arriver à un homme qui ne répond toujours pas aux canons de beauté d’un héros de fantasy, mais il est devenu maître de lui.
    J’ai bien aimé le twist de fin, que je ne spoilerai pas ici ^^
    Bref je suis curieuse de voir ce que le tome 2 peut nous réserver, parce que la fin est assez fermée^^
    Mais c’est sûr je le lirai !

    Aimé par 1 personne

    1. Toi aussi tu as du mal avec Sumaelle ahah Je sais pas pourquoi mais j’inverse aussi toujours le u et le a. D’ailleurs elle aussi est tellement loin des stéréotypes des filles que l’on trouve en fantasy. Et quand tu comptes lire le tome 2, n’hésite pas à me faire signe, ça serait peut être l’occasion de faire une lecture commune ^^

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s