Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Harper Lee

51h-splf2fl-_sx307_bo1204203200_

Titre : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur
Auteur : Harper Lee
Edition : Le livre de poche
Genre roman d’apprentissage / initiatique
Année de parution : 1960
Nombre de pages : 448

Résumé : Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche.

Mon avis : UN ENORME COUP DE COEUR

En cherchant des lectures pour cet été dans une librairie, j’ai été attirée par le titre de ce livre qui ne m’était pas inconnu. Après avoir lu le résumé, la phrase « Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance » a fini par me convaincre de l’acheter et je n’aurai jamais à le regretter.

Deux mots. Deux mots peuvent résumer parfaitement ce livre : ENFANCE et TOLERANCE. Le style très simple, propre au langage d’un enfant, allié à une fine analyse de l’Amérique des années 1930 donne effectivement à ce roman son caractère universel.

A travers le regard pétillant de Scout, on découvre cette Amérique où le racisme est encore très ancré dans la société. On grandit avec elle en traversant d’authentiques émotions : la joie, la tristesse, la colère ou bien l’amusement. Mais surtout, on tisse au fil des pages une réelle complicité avec Scout qui nous fait toujours abandonner la lecture à regret.

En arrière fond de l’histoire, son père avocat défend un « Noir » accusé de viol et condamné à la peine capitale. Publié en 1960, période de revendications des droits civiques des Noirs aux Etats-Unis, on comprend pleinement le retentissement qu’a eu ce livre dans le monde entier.

Un passage du livre m’a particulièrement touchée : Jem et Scout ont peur de leur voisin qui ne sort jamais et dont tout le monde raconte des rumeurs à tout-va sur son compte. En dehors de la marche vers l’adolescence, ce roman d’apprentissage prend tout son sens quand Scout assimile petit à petit qu’à première vue on juge souvent mal les gens. Parce qu’on regarde ce monde avec les yeux d’une petite fille, le ton moralisateur est peu présent. Ainsi, il n’est pas dit « on ne doit pas juger les gens » mais on apprend, ou réapprend avec elle, que souvent, nos premières impressions sur une personne sont faussées dès lors qu’on accepte de la connaître et d’essayer de la comprendre. L’absence de morale trop explicite rend, à mon sens, la lecture encore plus appréciable.

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur est l’unique livre qu’a écrit l’américaine, très discrète, Harper Lee. Ce livre propose une bribe d’enfance universelle présente en chacun de nous, dans notre diversité même. C’est pourquoi, le succès de ce livre est, selon moi, plus que légitime.

NOTE : 18/20

Romanesquement vôtre,

Marion

Publicités

13 commentaires sur « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Harper Lee »

    1. Je suis complètement d’accord avec toi… c’est vraiment le genre de livre que je peux conseiller à n’importe qui ! Je viens de découvrir que l’auteure, avant de mourir cette année, a publié un nouveau livre « Va et poste une sentinelle » dans lequel on retrouve Scout : j’ai tellement hâte de le lire !

      Aimé par 1 personne

      1. Oui elle est décédée cette année. Va et poste une sentinelle est un manuscrit qui a été retrouvé et publié posthume. En fait, c’était une première ébauche de Ne tirez pas sur l’oiseau sauvage dans lequel les personnages font des choix radicalement différents. Je n’ai pas eu le courage de le lire parce que j’ai trop peur d’être déçue par Atticus, Scout et les autres. Je serais ravie de connaître ton avis une fois que tu l’auras lu. Bon dimanche à toi

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s